Présentation

En guise de présentation, voici ce qu’a écrit mon père Jacques Sternberg dans « Profession: Mortel », page 323:

« Je me suis mal et trop peu intéressé à mon fils, si radieux quand il était enfant ou même adolescent. Je me sens coupable de cette démission, je l’ai soudain « découvert » en 1982 alors qu’il avait écrit L’An prochain à Auschwitz, un admirable livre et je l’ai invité régulièrement à déjeuner, si bien qu’il est devenu mon meilleur ami, le seul que je vois régulièrement. »

L’essentiel est vraiment là. C’est l’écriture qui aura bel et bien fini par cimenter notre relation, hélas tardivement, alors que j’avais 36 ans, et, lui, 59 ans.

 


Répondre

laptitedevoreusedelivres |
Le point du jour n'aura pas... |
l'Antre de LVDS (Le Se... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Atelier Ecrire Ensemble c&#...
| Au fil des mots.
| Spiralée