Autobiographies

C’est dans la perspective de ce blog que j’ai débuté ma relecture de l’oeuvre de Jacques Sternberg par ses écrits autobiographiques, si l’on excepte Le Délit, que j’ai tout naturellement relu, à l’occasion de sa réédition en février dernier par la Dernière Goutte à Strasbourg (www.ladernieregoutte.fr)

Ainsi, je viens de terminer Mémoires provisoires que j’ai dû lire au moins quatre fois depuis sa sortie en 1977, et dont l’écriture ample et passionnelle me frappe encore plus aujourd’hui. J’ai particulièrement aimé sa tirade virulente contre la culture enseignée à l’école et au lycée (page 45) qui a presque des accents rousseauiens (eh oui, c’est mon dada, ce rapprochement!), sauf que le citoyen de Genève ne brillait pas franchement par son sens de l’humour, noir ou non; mais bien d’autres passages aussi. Et, maintenant, au tour de Profession: mortel.

Ces écrits autobiographiques sont le préalable obligé au descriptif de ce que j’ai vécu avec mon père. Par associations d’idées, ils me remettent en mémoire les décors et l’ambiance de ce qu’aura été ma vie d’enfant dans le cocon familial, entouré de ma mère et de mon père; un doux refuge qui représentait pour moi le salutaire contrepoids à l’école que je détestais, qui m’angoissait, non pas tant à cause des maîtres que de mes condisciples, ce sinistre poids de la collectivité que j’ai toujours éprouvé jusqu’à aujourd’hui, dès que je me retrouve dans tout groupe où se trouvent plus de quatre personnes.

J’ai cependant hâte de retrouver les oeuvres de fiction de mon père, d’abord parce qu’elles me rappeleront moins sa personne au premier degré, ses écrits autobiographiques me le rendant nettement plus vivant qu’il ne l’est actuellement; puis, parce que, bien évidemment, c’est dans ses romans et nouvelles que son imagination proliférante et hypertrophiée explose littéralement.

 

 

 

 


Répondre

laptitedevoreusedelivres |
Le point du jour n'aura pas... |
l'Antre de LVDS (Le Se... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Atelier Ecrire Ensemble c&#...
| Au fil des mots.
| Spiralée