Sortie de « La Boîte à guenilles » (1945)

Sortie de navm
navi navk

Jacques Sternberg
spacer
ouvrageh
spacer
La boîte à guenilles
spacer
ouvrageh
spacer
Préface : Éric Vibart

Fils d’un diamantaire juif d’Anvers réfugié à Cannes en 1939, Jacques Sternberg, rattrapé par la guerre, s’enfuit en Espagne en 1942. Là, une autre guerre l’attend, la guerre civile, qui fait rage. Incarcéré pendant trois mois à la prison de Barcelone, le jeune homme de 20 ans est renvoyé en France. Il passera huit mois dans les camps de triage de Rivesaltes et Gurs, avant de réussir à s’évader.

La boîte à guenilles est le récit poignant de cet internement. Sternberg évoque la faim, le froid, la promiscuité, l’angoisse permanente d’être envoyé en Allemagne, avec une intensité de style et une précision mordante qui rappellent Le Wagon à vaches de Georges Hyvernaud ou Les Poulpes de Raymond Guérin. La Boîte à guenilles, témoignage d’un passage brutal à l’âge adulte, a été publié en 1945 à Bruxelles, sous le pseudonyme de Jacques Bert. Il n’avait jamais été réédité depuis.

Amateur d’absurde et d’étrange, adepte de l’autodérision, Jacques Sternberg (1923-2006) a laissé derrière lui une œuvre prolifique et de qualité inégale : treize romans (dont le magnifique Le cœur froid, paru chez Bourgois et réédité en Folio)  ainsi que quelque 1500 contes brefs, genre dans lequel il excellait. Son dernier recueil, 300 Contes pour solde de tout compte, est paru aux Belles Lettres en 2002. On doit également à Sternberg le scénario du film Je t’aime, je t’aime d’Alain Resnais englouti dans la tempête de mai 1968 à Cannes et ressorti en copie neuve en 2003.

 


Répondre

laptitedevoreusedelivres |
Le point du jour n'aura pas... |
l'Antre de LVDS (Le Se... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Atelier Ecrire Ensemble c&#...
| Au fil des mots.
| Spiralée